Avez-vous droit à des subsides en lançant votre propre entreprise ?

Home Avez-vous droit à des subsides en lançant votre propre entreprise ?

Lancer votre entreprise est une décision importante. Mais avant de vous y mettre réellement, vous devez encore régler certaines choses. La première est le financement. La bonne nouvelle ? Vous pouvez compter en partie sur les pouvoirs publics. Découvrez 4 subsides auxquels vous avez droit en lançant votre propre activité.

1. Aide des pouvoirs publics

Pour emprunter de l’argent, vous vous informez généralement des possibilités auprès d’une banque. Vous avez tout intérêt à ne pas vous limiter aux grandes banques, mais à envisager également des formules alternatives. Bien souvent, un starter peut bénéficier d’une aide directe et indirecte des pouvoirs publics. Cela varie en fonction de la localisation de votre siège social.

Votre siège social est établi en Région wallonne

En Région wallonne, la Sowalfin est la porte à laquelle frapper pour un financement, comme des prêts subordonnés et des garanties publiques.

Cofinancement : pour augmenter les fonds propres de votre entreprise, vous pouvez vous adresser à la Sowalfin pour un cofinancement. Elle investit minimum 25.000 euros et maximum 350.000 euros par demande, tandis que vous gardez une maîtrise totale de la gestion de votre entreprise. Cela vaut également quand vous reprenez une société.

Garantie : la Sowalfin se porte garante pour votre prêt (à des fins professionnelles) auprès de la banque.

Capital à risque : via Invests (sociétés d’investissement), la Sowalfin peut vous octroyer un capital à risque allant au-delà des crédits bancaires ou des prêts.

Primes à l’innovation : via la filiale Novallia, vous pouvez également obtenir une aide financière auprès de la Sowalfin pour des projets innovants et des projets misant sur la transition énergétique.

Il ne s’agit pas de capital pur, mais les chèques formation sont une option intéressante pour vous préparer à constituer votre propre entreprise.

Pas encore trouvé d’immeuble ? Créashop est peut-être fait pour vous. Ce projet veut relancer l’activité commerciale dans les centres villes et contrecarrer les cellules vides, avec un subside allant jusqu’à 6.000 euros pour l’aménagement.

Vous songez à une coopérative ? W.Alter est peut-être une solution de financement intéressante. En phase de pré-création, W.Alter vous soutient avec maximum 25.000 euros.

Conseil : informez-vous également auprès de votre administration locale. Beaucoup de villes et communes octroient des subsides, des subventions ou des primes aux starters. Si vous voyez plus grand, il existe aussi différents fonds de l’Union européenne pour les entreprises débutantes. Vous en apprendrez davantage à ce sujet auprès du Startup Europe Club.

Votre siège social est établi en Région bruxelloise

À Bruxelles, la Région de Bruxelles-Capitale soutient les PME débutantes de différentes façons :

Prime projet d’entreprise 1 : pourvu de respecter toutes les conditions, vous pouvez recevoir une prime pour compenser différentes dépenses si vous voulez réaliser votre rêve et développer vos idées. Il s’agit des dépenses liées à la consultance, à la formation, à une conférence ou un salon à l’étranger et à la garde d’enfants. Cette prime couvre jusqu’à 60 % des coûts avec un maximum de 3.000 euros.

Prime projet d’entreprise 2 : vous pouvez également être éligible à une prime pour approfondir votre projet. Vous devez toutefois avoir un plan concret, avec une étude de marché, une analyse stratégique et un plan financier. Outre les dépenses susmentionnées, vous pouvez également recevoir une prime pour l’achat d’équipement. À nouveau, la limite est fixée à 60 % des frais avec un maximum de 15.000 euros.

• Vous êtes starter et vous n’avez pas besoin d’avoir votre propre bureau à temps plein, mais plutôt d’un espace de travail professionnel régulier ? Vous pouvez obtenir une prime pour votre abonnement dans un centre de coworking agréé (en Région bruxelloise).

• La Région de Bruxelles-Capitale lance aussi régulièrement des appels à projets susceptibles de contribuer au développement de la région. Avec une aide financière correspondante.

Une autre opportunité consiste à vous adresser au Fonds bruxellois de garantie pour diverses possibilités de financement public, avec en priorité la garantie publique. Votre prêt bancaire est alors couvert à maximum 80 %.

La Société régionale d’investissement de Bruxelles (finance & invest brussels) propose aux start-ups et aux petites entreprises sociales et coopératives diverses possibilités de financement, allant de la participation aux prêts (convertibles).

Conseil : réfléchissez bien à votre code NACE (et à vos statuts de constitution), car certaines primes ne sont pas accessibles à tous les secteurs. Vous trouverez ici la liste des primes par secteur.

Votre siège social est établi en Région flamande

Le site web de l’Agence flamande pour l’innovation et l’entrepreneuriat (Agentschap Innoveren en ondernemen) propose une vaste banque de données de subsides avec toutes les formes imaginables de financement et de subsides pour les starters en Flandre. Il existe différentes possibilités, mais voici les 5 aides financières principales :

Prêt de lancement : vous pouvez emprunter jusqu’à 100.000 euros à des conditions avantageuses via la Participatiemaatschappij Vlaanderen (PMV). La PMV propose également un cofinancement dans lequel elle prévoit maximum 350.000 euros comme prêt subordonné.

Prêt win-win : dans cette option, « des amis et de la famille » investissent en tant que particuliers dans votre société, ce qui leur offre un avantage fiscal.

Microcrédit : si vous n’obtenez pas de prêt bancaire, vous pouvez peut-être prétendre à un microcrédit (entre 500 et 15.000 euros).

Système de garantie : la Participatiemaatschappij Vlaanderen (PMV) peut se porter garante si votre organisme financier demande plus de garantie que vous ne pouvez en offrir.

Crédit d’impôt : l’administration vous accorde, en tant que starter, un peu de flexibilité en matière de cotisations obligatoires. Vous pouvez par exemple obtenir une réduction, un report ou même parfois une exonération du paiement des cotisations sociales.

2. Aide sectorielle

En fonction du secteur dans lequel vous vous lancez, vous pouvez également prétendre à des aides spécifiques. Les exemples sont légion:

Dans la Région de Bruxelles-Capitale, il existe des aides entre autres pour les entreprises dans le secteur des titres-services, l’économie sociale et l’économie circulaire.

En Wallonie, vous avez par exemple Wallimage qui soutient les projets audiovisuels.

en Flandre, il y a entre autres des bourses professionnelles pour les auteurs et illustrateurs via Literatuur Vlaanderen, une aide à la production pour le secteur audiovisuel (VAF), le Vlaams Landbouwinvesteringsfonds pour les investissements durables dans l’agriculture et l’horticulture, ou une aide pour les médecins généralistes.

3. Aide pour les demandeurs d’emploi qui se lancent

Les chômeurs peuvent eux aussi se lancer comme indépendants. Il existe différentes aides pour les encourager. Un chômeur peut par exemple demander un prêt de lancement.

Dans certains cas, vous conservez même votre droit aux allocations. Si vous êtes demandeur d’emploi, avez au moins 45 ans et voulez vous lancer comme indépendant, vous pouvez, sous certaines conditions, profiter d’une prime de transition pendant 2 ans.

Pensez également à la préparation de votre entreprise. Si vous êtes au chômage, vous pouvez obtenir une dispense de disponibilité pour une formation (menant à une profession indépendante). Vous pouvez aussi préparer votre établissement en tant qu’indépendant sans perdre vos allocations de chômage.

Pour les conditions exactes, il est préférable de consulter le site web d’Actiris (Bruxelles) et du Forem (Wallonie) et l’ONEM et du VDAB (Flandre)

4. Subsides « créatifs » et inspiration

Il ne s’agit pas d’un véritable subside, mais si vous êtes persuadé de votre business plan, vous pouvez peut-être persuader d’autres personnes via un concours. En Belgique et à l’étranger, il existe plusieurs plateformes (ou formats télévisés) de concours permettant aux start-ups de remporter un joli capital de départ ou une substantielle injection de capital. La plus connue est probablement Bizidee, également soutenue par l’Agence flamande pour l’innovation et l’entrepreneuriat. Parfois plus important encore que le prix en espèces, ce type d’initiative vous permet aussi de développer votre réseau. Comme des organismes financiers et des entreprises soutiennent généralement ces initiatives, vous pouvez glaner de précieux conseils auprès d’entrepreneurs expérimentés et talentueux.

Et pourquoi ne pas jeter un coup d’œil à l’étranger pour voir ce qui se fait là-bas ? Grâce à un programme d’échange européen, vous pouvez, en tant que jeune entrepreneur (débutant ou actif depuis moins de 3 ans), faire un stage dans une entreprise étrangère. Les frais de voyage et de séjour sont subsidiés. Le moyen idéal pour acquérir beaucoup d’expérience pratique à court terme et développer davantage votre réseau.